accueil
1991-2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020  
cv
textes
liens boutique

 

 

 

s  i  t  e         a  r  t  i  s  t  i  q  u  e
(54 ans)
 
Après la fermeture du Hangar 11,
ouvre l'atelier des 11 arbres dans le même quartier de Ouagadougou.
 
 
 
 
  La Femme de Demain - Résidence au Musée de la Femme de Dano, avec Safiatou Ballo et Sam Dol
1 - Affiche de l'exposition (P. Garel)
2 - atelier dans la réserve du musée
3 - Lieba-le fo na borba ("Deviens ce que tu veux" en dagara) série de 16 -
photographie, textile et acrylique sur papier marouflé sur bois - 30 x 40 cm
(Modèle : Marie-Laure Wanrooji)
4 à 13 - Lieba-le fo na borba - 10 exemplaires

Autour de Marie-Laure flottent des éléments colorés, comme elle à la périphérie de l'image. Noter qu'ici les centres sont toujours vides. Espace du possible, du désir de demain. Les éléments périphériques sont colorés de jaune, ici celle d'une fragile énergie qui suggère d'accompagner, humblement, les desiderata de Marie-Laure : Des fragments de collage d'un curieux pagne trouvé à Ouaga, au motif soleil Inca totalement inattendu, des sources d'eau régénératrices rappelant des signes aborigènes, des pistes qui mènent à des lieux qu'elle seule connaît, enfin des sortes de cônes organiques inspirés des nasses du lac de Tengrela : les idées sont capturées mais l'eau continue à circuler...

 

 

 

1 - Atelier « Le Futur du Vêtement » avec Adama Pacodé et Lolito aux 11 arbres
2 - Prototypes de vêtements natura facit saltus pour homo-repentens mutant en convalescence post égocentrico-industrielle
série de 10 - Acrylique, pagne, mèches de nylon et fibres végétales sur bois.
Dimensions variables entre 40 et 100 cm de largeur.
3 à 8 - 6 exemplaires
Des pièces sur l'idée d'un design absurde pour un futur qui ne l'est pas moins - le titre à rallonge est suffisament complet et explicite pour situer le spectateur dans une vision ironiquement optimiste du futur de l'humanité. Adama Pacodé nous a donné l'opportunité d'utiliser de longues fibres végétales extrêmement ductiles, proches de celles déjà utilisées pour "Cellule n°13" en 2018.

 

 

1 à 3 - Atelier collectif "Un Monde sans Fin" avec Patrick Agbowadan, Fleur Biguibouré, Moussblack, Lolito, Sylvo Zoungrana.

4 - Waiting for the Summer Rain
triptyque - acrylique sur mur, photos sur bois, fibres végétales sur métal - hauteur 2m
5 à 8 - détails

Le titre est issu d'une chanson des Doors, venu spontanément dans une ambiance d'hivrernage sahélien à la pluie bienvenue. 3 formes dans 3 espaces différents, mais semblables, en fuseau, changent entre le haut et le bas : les nasses imbriquées se mettent à couler, la structure métallique devient végétale, la présence humaine s'estompe.  La forme générale de nasses imbriquées fait suite aux pièces réalisées pour « La Femme de Demain », nasse qui retient les idées en laissant passer l'eau, ainsi elles ne sont ni asséchées ni figées.

L'idée d'un monde sans fin s'inscrit pour moi forcément dans une vision extrême-orientale du devenir des choses : tout se transforme en permanence, la mort n'est qu'une étape du changement, et l'illusion d'une fin le début d'autre chose. La disparition de l'humanité, ici suggérée par le visage humain qui s'évanouit, (un portrait de l'artiste par Emmanuelle Barbaras) ne sera donc en rien une fin du monde mais un moment parmi tant d'autres de son perpétuel devenir.

 

 

1 à 2 - Résidence au Hamerkop Manor, Loumbila, Burkina Faso du 17 au 24 août.
3 à 13 -  En marge des tortues - série de 10 acryliques sur cartes de géographie et photographies marouflées sur toile – 70 x 70 cm

Une série de peintures mûrie après l'invitation de Thibault Fournier à une résidence artistique. Près d'un lac vivant, vibrant des pluies de l'hivernage, des herbes et des sons de la faune aquatique et aviaire, un imaginaire qui s'est orienté sur le souvenir de la peinture d'Alechinsky, selon son principe des remarques marginales et l'utilisation des cartes de géographie, magnifié par la solitude et la musique de King Crimson. Réseau de hachures, jeu avec le fond et les marges photographiques, présence allusive des 46 tortues du manoir, ce travail s'accompagne des "notes sur peinture et alentours" (voir dans "textes") et de la vidéo "Step across the turtles".

 

 

 

  •