accueil

 

1991-2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

 

cv

 

textes

 

liens

 

  boutique

s  i  t  e         a  r  t  i  s  t  i  q  u  e

 

  

(45 ans)

 

premières réalisations sur tissus de camouflage militaire

première rétrospective (Institut Français de Ouagadougou)

peinture illustrant un article du Monde Diplomatique (n° de janvier 2011) sur la Côte d'Ivoire

 

 

 

nous pas bouger (série de 18) - 2010 - infographie, sérigraphie, cendre et acrylique sur sacs de ciment, bois, toile et tôle

1 - nous pas bouger n°2 - 54 x 57 cm

2 - nous pas bouger n°4 - 44 x 52 cm

3 - nous pas bouger n°5 - 70 x 156 cm

4 - nous pas bouger n°6 - 73 x 58 cm

5 - nous pas bouger n°7 - 53 x 69 cm

6 - nous pas bouger n°10 - 40 x 58 cm

7 - nous pas bouger n°12 - 57 x 56 cm

8 - nous pas bouger n°15 - 97 x 52 cm

  

"nous pas bouger" fait référence à la chanson du même nom de Salif Keïta. Des pieds masculins en rangers, sérigraphiés sur des sacs de ciment, et des pieds nus féminins, photographiés, engagés dans une vaine opposition, mais l'écart incommensurable se situe entre tous ces pieds, qui piétinent sans conscience la terre, et un petit peu de nature sous la forme d'un arbre minuscule, dessiné au départ par mes enfants de 3 et 5 ans. On y accède par un sentier si l'on veut bien le repérer. Des taches de jaunes qui sont là comme de négligeantes taches d'urine...  Une série où l'homme est présent à la mesure de l'importance boursoufflée qu'il se donne, ici comme ailleurs.

 

 

 

 

la devise - acrylique, charbon, photographie et objets sur toile de camouflage militaire et bois - 178 x 184 cm

1 - le séchage de la couche de poudre de charbon à la colle

2 - le lancer de peinture jaune sur la devise

3 - la coulée de peinture jaune au sol

4 - état de la pièce terminée le 27 avril 2011

5 - détail

 

pièce réalisée lors de l'atelier "les artistes réagissent" organisé au Hangar 11 du 25 au 27 avril 2011. Après les soulèvements de militaires qui ont tiré, pillé, brulé et violé à Ouagadougou au début du mois, une quinzaine d'artistes ont decidé de réagir avec leur moyens. "la devise", sur toile de fond de camouflage militaire noirci au charbon, évoque la devise de la république du Burkina Faso - Unité, Progrès, Justice - programme digne mais encore bafoué, cette-fois non par les puissants par l'argent, mais par les puissants par les armes. Une étape de la réalisation consista en un lancer de peinture jaune sur la devise. Une pièce sombre et désordonnée aux éclats d'espoir et de résistance.

(images de l'atelier "les artistes réagissent" sur www.hangaronze.com)

 

 

 

 

1 à 3 - ne pas s'arrêter de continuer - morceaux de pneus, acrylique - installation pour l'exposition "Yuum Piiga", Ouagadougou - 4,50 x 4 m

4 - ne pas s'arrêter de continuer n°2 - fusain sur mur, galerie LeSalonQuiReçoit, Toulouse - 220 x 200 cm

cette 2e version entérine l'idée d'une pièce qui verra le jour à chaque nouvelle exposition, chaque fois identique et différente, comme un mantra qui me rappelle le chemin à suivre jusqu'à mon dernier souffle.

 

 

 

 

Yuum piiga (10 ans)  Burkina Faso 2000-2010

1 à 4 - vues de l'exposition rétrospective à l'Institut Français de Ouagadougou (ex CCF), mai-juin 2011

5 - affiche de l'exposition (conception P. Garel)

(lire le texte pour l'exposition écrit par Saïdou Alceny Barry)

 

 

 

 

l'atelier - installation en 4 parties in-situ au hangar 11, pour la "Fête Internationale des Arts plastiques de Ouagadougou", 3e édition

1 - vue générale - espace occupé : 4 x 6 x 3 m

2 et 3 - espérer avancer - acrylique sur toile de camouflage militaire, bois - 230 x 250 cm

4 et 5 - voir reculer - acrylique et sérigraphie sur toile de camouflage militaire, kraft et sacs de ciment, machettes, bois - 210 x 270 x 100 cm

6 et 7 - craindre basculer - acrylique au sol et sérigraphie sur sacs de ciment et kraft, bois - 220 x 180 x 80 cm

8 à 10 - l'établi de l'artiste pendant les bruits de bottes - objet divers sur pneu et table avec poème de Jacob K. Dadzié - 150 x 190 x 70 cm

 

l'atelier imaginaire d'un improbable artiste post-mimimaliste au Burkina Faso, bouleversé par les sorties anarchiques de militaires dans les rues. L'espace de l"atelier" reste propre, les pièces orthogonales, l'établi circonscrit dans un espace maîtrisé... mais des éléments militaires s'immiscent : sérigraphies de rangers ou toiles aux motifs de camouflage, l'établi en désordre chamboulé par l'apparition d'un pneu de camion disproportionné... où des fragments d'une poésie inquiète mais optimiste (J.K. Dadzié) peinent à apparaître...

 

 

 

 

 

 

projet collectif

 

 

1 - La délivrance si on bouge (Garel / Lolito) - 106 x 83 cm - fibre, acrylique, photo, papier et pneu sur toile

2 - Le poisson bouge, le pêcheur aussi (Garel / Lolito) - 90 x 63 cm - fibre, acrylique, photo et pneu sur toile

3 - L’aile s’oppose-t-elle au pied ? (Lolilto / Garel) -78 x 51 cm - fibre, acrylique et photo sur bois

4 - Le pied fait-il la chaussure ? (Lolito / Garel) - 60 x 49 cm - fibre, acrylique et photo sur bois

 

des toiles en commun conçues pour une expo au Cozy Corner de Ouagadougou, et au SalonQuiReçoit à Toulouse.

Laurent "Lolito" Sawadogo, qui travaille aussi au Hangar 11, a une pratique intégrant principalement des fibres de jute utilisées dans un esprit introspectif de retrouvailles de racines spirituelles. En plus de l'effet hypnotique que peuvent me procurer ses toiles, c'est aussi la grande différence entre nos pratiques qui nous a donné envie de relever le défi d'oeuvres en duo