accueil

 

1991-2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

 

cv

 

textes

 

liens

 

boutique

s  i  t  e         a  r  t  i  s  t  i  q  u  e

 

(39 ans)

 

premiers travaux sur les déplacements forcés

naissance de sa fille, Sibidou (premier enfant)

 

 

 

 

Où veux-tu que j'aille ? (série de 20) - photographie, infographie, acrylique, graphite et machette sur papier marouflé sur toile

Où veux-tu que j'aille ? n°1 - 40 x 40 cm

Où veux-tu que j'aille ? n°4 - 40 x 52 cm

Où veux-tu que j'aille ? n°5 - 40 x 60 cm

Où veux-tu que j'aille ? n°7 - 40 x 52 cm

Où veux-tu que j'aille ? n°9 - 40 x 60 cm

Où veux-tu que j'aille ? n°12 -52 x 60 cm

Où veux-tu que j'aille ? n°14 - 64 x 80 cm

Où veux-tu que j'aille ? n°17 - 52 x 80 cm

 

"Peindre la violence sans agressivité, pour ne pas tomber dans le même piège. Ces peintures évoquent les exactions contre les « étrangers » en Côte d’Ivoire. Je connais toutes les femmes photographiées. Certaines d’entre elles ont quitté ce pays lors des troubles. Elles pourraient être de n’importe quelle nationalité, vivre sur n’importe quel continent. Les photographies les montrent paisibles, pensives, dignes, telles que je les connais ici, au Burkina Faso. Je voulais que la violence suggérée n’en apparaisse que plus insupportable. C’est une violence que nous redoutons tous, que chacun peut subir du jour au lendemain, ici ou ailleurs, la violence gratuite inspirée par une xénophobie aveugle, que nous avons peur de connaître, de voir perpétrée sur nos proches. Pour la première fois depuis longtemps,  la couleur jaune, fidèle accompagnatrice, qui pour moi est toujours le lieu du possible et de l’attente, se colore ici de rouge - de sang."

Pierre GAREL, sur la série "Où veux-tu que j'aille ?" 2005

 

 

 

 

 

 

projet collectif

 

 

 Images de l'Europe - Atelier collectif au Centre Culturel Français de Ouagadougou

avec Guy Compaoré, Blanche Ouédraogo, Christophe Sawadogo, Abou Traoré, Catherine Baum

installation de Pierre Garel : dire si !  - acrylique sur kraft, chambre à air, graphite sur papier recyclé, bronze, urne en bois et verre

 

Sur une idée de la coopération culturelle hollandaise et du sculpteur Alassane Drabo,  un atelier au CCF de Ouagadougou réunissant plusieurs plasticiens sur le thème  du titre : quel image l'artiste a et donne aujourd'hui de cette entité culturelle, économique et politique : l'Europe. Le principe était d'associer le public à la création artistique. Mon installation contenait l'intervention improvisée de nombreux écoliers et d'autres visiteurs (au total une centaine) à qui je demandais de dessiner, sur un fragment de papier recyclé, l'image qu'ils se faisaient de l'Europe. Chaque dessin était marouflé sur le support au sol et accompagné d'une demi noix de cola en bronze, symbolisant l'identité africaine. le titre faisait allusion au vote pour la constitution européenne.